Actualité d'AUMA YOGA

Ego et Désir.

Âme unique en quoi tout existe.

27/05/2019

Vivre dans l'âme en témoin en observant la Nature agir.







                       

ESSAI
SUR LA GUÎTÂ







Toute
la vie, toute l'existence universelle est le sacrifice offert par la
Nature au Pourousha, l'âme une et secrète en la Nature.


Mais
le sens véritable est obscurci en nous par l'ego, le désir, par
notre personnalité limitée, active et multiple.


Nous
nous sommes élevés hors de l'ego et du désir et de la personnalité
limitée, et par l'impersonnalité, qui en est le grand correctif ,


nous
avons trouvé le Divin impersonnel ;


nous
avons identifié notre être avec le moi,


avec
l'âme unique en quoi tout existe.


Le
sacrifice des œuvres continue,


il
n'est plus conduit par nous


il
conduit par la Nature


  • la
    Nature opérant au moyen de la partie finie de notre être :



    le mental


    les
    sens,



    le corps


    mais
    en être infini.


    Alors
    à qui le sacrifice est-il offert et dans quel dessein ?



    L'impersonnel
    n'a d'activité ni de désir, ni d'objet à gagner


    il
    ne dépend aucunement de tout ce monde des créatures.


    Il
    existe pour lui-même, dans son délice de soi,


    dans
    son être éternel immuable éternel.


    Il
    se peut que nous ayons à exécuter des œuvres sans désir et que
    ce soit un moyen de parvenir à cette existence et cette joie impersonnelles et spontanées,


    mais
    une fois ce mouvement accompli c'en est fini de l'objet des œuvres
    ; le sacrifice n'est plus nécessaire.


  • Il
    se peut même que les œuvres continuent,


    parce
    que la Nature continue, elle et ses activités ;


    mais
    il n'y a plus à l'avenir de raison d’œuvrer.


    L'unique
    motif pour que nous continuions d'agir après la libération est
    purement négatif.


    C'est
    la pression exercée par la Nature sur nos parts finies



    que sont le mental et le
    corps.


    Mais
    si c'est là tout, alors et en premier lieu on peut bien diminuer
    les œuvres et les réduire à un minimum, les limiter à ce que la
    contrainte de la Nature obtiendra fatalement de notre corps ;


    en
    second lieu – même si elles ne sont pas réduites à un minimum -


    puisque
    l'action ne compte pas et que l'inaction n'est pas non plus un but,
    alors la nature des œuvres ne compte pas davantage.


    Une
    fois la connaissance atteinte,


    Arjuna
    peut continuer de livrer la bataille du Kurukshétra,


    en
    suivant son ancienne nature de kshatriya


    ou
    il peut l'abandonner et vivre la vie du sannyâsi,


    en
    suivant son impulsion nouvelle de quiétiste.


    Laquelle
    de ces choses à accomplir est désormais sans aucune importance.


    Ou
    plutôt la seconde représente la voie la meilleure,


    du
    fait qu'elle découragera plus vite les impulsions de la Nature
    encore en prise sur son mental à cause d'une tendance créée par
    le passé et,


    lorsque
    son corps se détachera de lui,


    il
    partira en toute sécurité dans l'Infini et Impersonnel


    sans
    nulle nécessité de revenir encore à la confusion et à la folie
    de la vie de ce monde transitoire que marque le chagrin,


    anytyam
    asoukham imam lôkam.



    S'il
    en était ainsi, la Guîtâ perdrait tout son sens ;


    car
    son objectif premier et central serait mis en échec.


  • Mais
    la Guîtâ souligne que la nature de l'action compte vraiment,


    et
    qu'il existe une sanction positive pour que soient continuées les
    œuvres,



    et
    non pas seulement cette raison toute négative et mécanique:


    la
    contrainte sans objet de la Nature.


  • 154
    -








Le
Yoga est la pratique de la Vérité dont la connaissance donne la
vision, et cette pratique a pour force motrice un esprit de dévotion
illuminée, de calme ou de fervente consécration à cela que la
connaissance voit comme étant le Suprême.















                                                

 

Supramental But des âges.

KALKI vient pour renouveler la Création.

27/05/2019

Le Supramental est le monde solaire, Semence cachée dans les abîmes de la Matière d'où sortira notre prochain monde.


    D'âge
    en âge, le Suprême s'incarne sur la Terre pour « changer la
    loi »

    -
    ce sont ses « avatars ».

    Il
    est venu plus tard sous la forme de Krishna, le huitième avatar,

    et
    de Bouddha, le neuvième.

    Selon
    la tradition, il y a dix avatars,

    le dernier sera Kalki,

    monté sur
    un cheval blanc et armé d'un glaive,

    qui vient pour détruire les
    « malfaisants »

    et renouveler la création.

    Le
    premier avatar était le Poisson,


    puis la Tortue,

    puis
    le Sanglier qui fouille la Terre,


    puis l'Homme-Lion,



    *
    puis le Nain, Vamana le cinquième avatar.

    Il
    avait pris la forme d'un nain et tout le monde se moquait de lui.

    Un
    jour, il demanda au grand roi des démons, Bali, qui régnait sur la
    terre, de lui donner trois pas de terre.

    Bali
    accepta en riant.

    Alors
    Vamana reprit sa forme divine et grandit tant qu'il posa un premier
    pas sur la Terre,

    un
    deuxième pas au Ciel

    et
    le troisième sur la tête de Bali,

    qui
    disparut dans les Enfers

    -
    pour en ressortir, comme nous le savons.


-72-





Life
kept no more a dull and meaningless shape.


In
the struggle and upheaval of the world


He
saw the labour of a gohead's birth:


A
secret knowledge masked as Ignorance :


Fate
covered with unseen necessity


The
game of chance of an omnipotent Will.


A
glory and a rapture and a charm,


The
All-Blissful sat unknown within the heart ;


Earth's
pains were the ransom of its prisoned delight.


A
glad communion tinged the passing hours ;


The
days were travellers on a destined road,


The
nights companions of his musing spirit.


A
heavenly impetus quickened all his breast ;


The
trudge of time changed to a splendid march ;


The
divine Dwarf towered to unconquered worlds,


Earth
grew too narrow for his victory.



-43-



***
Le
Surmental désigne le monde des dieux.

A ne pas confondre avec
Supramental

qui est le monde solaire du Suprême,

la Semence cachée
dans les abîmes de la Matière

d'où sortira

notre prochain monde

et
le
But des âges.


69



Son
âme vivait comme le délégué de l'éternité...

Le
petit lopin de notre mortalité.

Dans le ver de terre, il prévoit le dieu qui vient.

    Les
    hauteurs de son être vivaient dans le Moi immobile

    Inspiré
    par le silence et la vision aux yeux clos.

    nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn













                                                                                   
 


































































           
































































Prière arbres et fleurs.

PRIERE DES ARBRES ET DES FLEURS.

27/05/2019

Entrez en communion avec la Nature vous sentirez s'élever l'aspiration d'un amour intense.
L'amour est universel, il est partout dans les animaux,





2
juin 1929


«Quel
rapport y a-t-il entre l'amour humain


et
l'amour divin?


L'amour
humain est-il un obstacle à l'amour divin?


Ou
la capacité d'aimer humainement n'est-elle pas un indice


de
la capacité d'amour?


De
grandes figures spirituelles,


telles
que le Christ,


Ramakrishna
et Vivékananda


n'avaient-elles
pas une nature remarquablement


aimante
et affectueuse?»





L'amour
est une des grandes forces universelles.


Cette
course à l'amour de tous les êtres,


cet
irrésistible élan,


cette
recherche du cœur du monde et de tous les cœurs,


sont
le résultat de l'impulsion donnée par l'amour divin


caché
derrière les passions humaines.


Il
touche des millions d'instruments,


essayant
toujours, toujours déçu;


mais
par ce contact constant,


les
instruments sont préparés,

et soudain, un jour,


s'éveillera
en eux la capacité

du don de soi,


la
capacité d'aimer.


Le
mouvement de l'amour n'est pas limité aux êtres humains,


et
peut-être est-il moins déformé en d'autres mondes que dans le
leur.


Regardez
les fleurs,

regardez les arbres.


Au
soleil couchant,

quand tout devient silencieux,


asseyez-vous
un moment

sous les arbres


et
entrez en communion avec la Nature;


vous
sentirez s'élever de la terre,


des
racines les plus profondes

des arbres,


pour
monter à travers les fibres


jusqu'aux
branches qui s'étendent le plus haut,


l'aspiration
d'un amour et d'un besoin intenses

  le
besoin de quelque chose

               qui apporte la lumière
                 et
donne le bonheur,


  • de
    la clarté qui est partie et dont le retour est imploré.


    Cela
    monte comme une action de grâces où la gratitude la plus vibrante
    s'unit à la plus fervente prière.


    Cet
    élan est si pur et si spontané que si vous pouvez vous mettre en
    rapport avec ce mouvement dans les arbres, votre propre être aussi
    s'élèvera dans une ardente invocation à la paix, la lumière et
    l'amour qui ne sont pas encore manifestés ici.



    -96-













ARAVINDA

Naissance de Sri Aurobindo

27/05/2019

ARAVINDA

15
août 1872


Aux
sommets du silence, venu de la mer infinie, Doré, il était là,
Armé de la flamme, Il regardait le monde que sa grandeur et sa
passion devaient libérer.


Mi-août.
Les cieux traversent l'atmosphère de la Terre en de spectaculaires
pluies d'étoiles filantes -les perséides – elles apparaissent,
venant de la constellation de Persée. Comme Zeus pénétrant sous la
forme d'un pluie d'or la tour d'airain de Danaé pour que naisse
Persée. Celui qui tua la Méduse. Celui qui libéra Andromède.


Calcutta.
Un danda * vingt quatre minutes – avant le lever du soleil. 5h16
heure locale ou 4h52 l'heure officielle indienne. Une aube nouvelle.
Depuis de nombreuses maisons, des hymnes montent vers le Seigneur de
la Lumière, c'est le Brâma-muhûrta vingt quatre minutes avant le
lever du soleil. C'est le moment où les brahmanes récitent
silencieusement le mantra sacré de Gayatri, la mère des Védas.


Des
appartements des femmes, 4 Theatre Road, le son d'une conque s'élève.
Sa résonance profonde remplit l'air du matin, annonçant une
naissance. Un troisième fils est né à Swarnalata et Krishna Dhan
Ghose. C'est un jeudi. Jour appelé du nom de Jupiter ouThor, le
maître du tonnerre. Hasard ? Coïncidence ? Ou à
dessein ? J'opterai pour la troisième solution, car le bien-né
ne venait-il pas «
 sortir
la foudre du ciel de son antre de sommeil »
 ?


En
Inde, le jeudi est considéré comme le jour de Brihaspati, le Gourou
des Dieux. Le pouvoir psychologique qu'il apporte est « la
Sagesse » ( le Mot et la Connaissance.)


Dans
le Rig Véda il appelé le « resplendissant » ou celui
qui est de « couleur or » ; c'est le Maître du Mot
créateur. Il est l'Âme-Force.


Il
est étrange que le père, le docteur Krishna Dhan, ait choisi le nom
de AUROBINDO pour son troisième fils. En fait les Bengalis n'avaient
jamais vu quiconque porter ce nom. Quelle force invisible le souffla
à l'oreille du père –
AUROBINDO.


En
sanscrit,
aravinda signifie
lotus. Toujours tourné vers le soleil, le lotus ouvre ses centaines
de pétales sur des centaines d'angles.


Aurobindo
a un deuxième sens ; un lotus rouge. Le rouge est la couleur de
la révolte. Et la couleur de l'Amour divin.


Troisième
signification: un lotus bleu. La couleur bleue est associée à Sri
Krishna – Krishna et sa félicité.


« Le
bleu pâle est ma lumière » dira un jour Sri Aurobindo. »





Sañama

Sañama. Maîtrise du moi inférieur.

27/05/2019

Sañama maîtriser le moi inférieur au moyen du moi supérieur, en acquérir la maîtrise.



Sañama


Maîtrise


Maîtrise
accompagnée par le gouvernement juste,


utilisation
juste.


-contrôle
du moi inférieur


par
le moi supérieur...


Maîtriser
le moi inférieur


au
moyen du moi supérieur,


maîtriser
le moi naturel


au
moyen du moi spirituel


est
le chemin de la perfection


et
de la libération.


S'abstenir
de faire le mal


est
la première condition de la libération.


Se
maîtriser, se contrôler,


contrôler
le mental, les sens,


tout
l'être inférieur.


Il
faut distinguer ce qui est essentiel dans la nature,


son
action native et inévitable


et
qu'il est tout à fait inutile de réprimer ,


d'étouffer,
de contraindre


et
ce qui est accidentel dans la nature :


ses
errances, ses confusions, ses perversions.


Tout
cela nous devons en acquérir la maîtrise.


-GÎTA-









                      















Si,
comme la tortue retire en elle tous ses membres, il soustrait ses
sens aux objets sensibles, en lui la sagesse est affermie....
58.




















 

précédent - 1   [2]  3   4   5   6 - suivant

SECRETARIAT (SAVITRI)
5 ALLEE CANTOU
47510 FOULAYRONNES

Tél : 09 70 35 37 26
Email : annick.longo0607@orange.fr

nous contacter